Petites victoires,  Simplicité volontaire/ Minimalisme

Réflexion sur la solitude

Je retrouve un peu l’écriture pour un article un peu particulier. J’avais envie de partager mes pensées sur la solitude qui peut tous plus ou moins nous toucher en ce moment. C’est un sujet actuel pour moi car je me suis installée dans mon nouvel appartement seule il y a peu et je suis à mi-temps en vacances (avec de ce fait beaucoup de temps seule).

Je crois que la solitude, c’est autant de joie que de tristesse pour moi.  Alors je ne vais pas dire par là, que je n’ai pas du tout cherché à remplir ou à éviter par moments (d’ailleurs mon nombre de stories sur les réseaux a doublé donc bon…). La joie de prendre mon temps, mon rythme, d’observer les détails de ce qui se passe par la fenêtre… Retrouver un temps la créativité qui m’anime, et l’ennui qui fait avancer. Il y a longtemps ça m’aurait vraiment fait peur, aujourd’hui un peu moins.

Mais je crois que les temps d’ennui et de solitude sont ceux qui m’ont le plus fait cheminer. Je peux prendre des heures sur mon canapé à réfléchir, à plonger en moi pour en ressortir ce qui m’anime.  Parce que les temps seuls nous permettent aussi, de vivre chaque émotion et de laisser chacune d’elle prendre une place pour mieux s’apaiser. Je repense souvent à cette petite bande dessinée d’ailleurs sur ce thème.

Je suis également persuadée, qu’elle permet de mieux retrouver qui l’on est, s’ancrer pour avoir une meilleure qualité de présence quand on a de la compagnie.

Prenons donc le temps de méditer, de danser pour soi, de chanter, de ne rien faire, de regarder les mouvements des arbres par la fenêtre, de se frotter à la douceur des draps le matin, de se masser, de prendre soin de ce qui fait qu’on est soi. Prenons le temps de pleurer quand on est triste et de rire quand la vie nous présente des surprises, et ce temps, prenons-le pour nous. Parce que tout ce que l’on fait maintenant, c’est aussi gagné pour la suite, pour construire une humanité bienveillante et sereine.

Alors voilà, j’avais envie de vous réécrire, pour vous dire qu’on est jamais vraiment seul à être seuldéjà mais aussi pour vous inviter à prendre le temps de la solitude, ses joies, ses tristesses, ses peurs, sa douceur, ses surprises…

Je pense que partager ce que l’on vit permet toujours à quelqu’un de se reconnaître et de prendre ce qu’il y a à prendre. Alors voilà, je dis pas que c’est facile mais la solitude c’est vivant et c’est déjà ça.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *