Culture et inspirations,  Lectures

L’Arbre monde de Richard Powers, ou comment semer des graines?

Bonjour à tous,

J’espère que vous allez tous bien, que vous prenez du temps pour vous et pour cultiver votre bien-être.

Je profite de ce temps pour me remettre à vous écrire.  Aujourd’hui, une lecture, pas forcément de celles qui vous remonte le moral pendant le confinement, mais de celles qui cultivent les graines de demain.

J’ai mis beaucoup de temps à lire ce livre. Il n’est pourtant pas difficile à lire mais le bouleversement émotionnel qu’il induit m’incitait à le poser plus souvent que d’ordinaire.

Pour le décrire (sans spoiler), je dirais que l’Arbre monde raconte l’histoire de personnages chacun en rapport avec un arbre qui prennent conscience de l’intelligence des arbres et de l’importance de l’environnement. On voit l’évolution dans leurs prises de conscience et leurs convictions. On assiste à leurs histoires de vie, à leurs prise de décision face à ces nouveaux idéaux. Ce livre aborde également la différence, la difficultés des relations et le sens de l’activisme écologique.

“Le stylo court: les idées se forment, comme guidées par un esprit. Quelque chose resplendit, une vérité si évidente que les mots se dictent tout seuls. On encaisse un milliard d’années de bons d’épargne planétaires et on claque le fric en pacotille bling-bling. Et ce que Douglas Pavlicek voudrait savoir, c’est pourquoi il est si facile de s’en rendre compte quand on est tout seul dans une cabane à flanc de colline, et presque impossible à croire dès qu’on sort de la maison pour rejoindre plusieurs milliards de gens repliés sur le statu quo” L’arbre monde, Richard Powers, p.410, édition cherche-midi

Je crois que je regarde différemment les arbres à présent et que cela a fait germé tout un tas d’idées-graines dans mes pensées.

Les personnages sont tous extrêmement touchant et humains, et il y a toute une réflexion menée sur  la vie, le couple et des relations. Tout est écrit de façon poétique et je vous préviens c’est une lecture assez forte, en tant que grande sensible, je dois dire qu’il y a eu des frissons et des larmes.

“Il ne peut pas lui dire. Mais personne ne peut être abandonné, jamais, nulle part. Une épopée grandiose, chaotique, symphonique, pyrotechnique se joue sans cesse tout autour de nous. Elle ne s’en rend pas compte, et il n’a aucun moyen de lui faire savoir. Les jardins civilisés se ressemblent tous. Chaque jardin à l’état sauvage a sa façon d’être sauvage” L’arbre monde, Richard Powers, p.408, édition Cherche-midi

J’aurais du mal à décrire comment ce livre m’a touchée et je crois que les graines plantées par cet écrit vont encore devoir grandir avant que je puisse réaliser, en tout cas j’y repense très souvent.

A lire donc, tranquillement et avec espoir. Je vous laisse avec une citation et vous dit à bientôt.

“A travers les biomes, sous toutes les latitudes, les apprenants prennent enfin vie. Ils découvrent pourquoi une aubépine ne pourrit jamais. Ils apprennent à distinguer les cent variétés de chêne. Quand et pourquoi le frêne vert s’est dissocié du blanc. Combien de générations vivent au creux d’un if. Quand les érables rouges commencent à muer à chaque élévation de température, et avec quelle avance chaque année. Ils en viendront à penser comme les fleuves et les forêts et les montagnes. Ils saisiront comment une feuille d’herbe encode la trajectoire des étoiles. En quelques brèves saisons, rien qu’en plaçant côte à côte des milliards de pages de données, la prochaine espèce nouvelle apprendra à traduire dans n’importe quel langage humain la langue des êtres verts, et réciproquement. Au début, les traductions seront grossières, comme une première réponse d’enfant à une devinette. Mais bientôt les premières phrases commenceront à se déployer, à déverser des mots faits, comme tous les êtres vivants, de pluie, d’air, de roc pulvérisé, et de lumière. Bonjour. Enfin. Oui. Ici. C’est nous. “

L’arbre monde, Richard Powers, p.524, Editions cherche-midi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *